Home Rapports thématiques Yézidis en Syrie : des décennies de déni et de discrimination

Yézidis en Syrie : des décennies de déni et de discrimination

La minorité religieuse yézidie en Syrie a été soumise à plusieurs formes d’injustice et de persécution représentées par la privation se pratiquer sa propre religion et d’exercer ses rites ; le fait d’apprendre les origines de sa religion est encore refusée à cette communité qui reste inconnue par la Constitution

by bassamalahmed
56 views Download as PDF This post is also available in: Anglais, Arabe, Kurde, Turc Font Size A A A

Résumé:

 La présence des Yézidis[1] en Syrie et dans la région remonte à l’Antiquité, mais en raison des campagnes d’extermination répétées dont ils ont fait l’objet, leur nombre a considérablement diminué, devenant l’une des minorités religieuses en voie de disparition.    Cependant, il existe encore quelques petites enclaves de communautés yézidies vivant en Syrie, en Irak, au Kurdistan, en Turquie et dans d’autres pays.

Le dernier génocide reconnu de cette minorité religieuse dans la région a eu lieu en 2014, plus précisément par l’organisation qui se fait appeler l’État islamique, connu dans les médias sous le nom d’ISIS. Lorsque cette dernière a attaqué la région irakienne de Sinjar (Shankal), elle a arrêté et transféré des milliers de Yézidis en Syrie, où ils ont été soumis à des atrocités inimaginables telles que décrites par la Commission internationale d’enquête sur la Syrie.[2]

La plupart des campagnes d’extermination auxquelles les Yézidis ont été soumis ont été précédées d’attaques contre les croyances, la religion, les coutumes et les origines de ces derniers, ces tentatives ayant pour but de déformer la religion yézidie et ses rituels et de déshumaniser ses pratiquants. Tout ce qui précède a contribué à la création d’un environnement hostile avant que les meurtres et les déplacements réels ne soient commis.

L’absence de reconnaissance de la religion yézidie par les autres groupes religieux, la faiblesse de la tolérance religieuse en général, le refus d’accepter l’existence d’autres religions ainsi que la non-reconnaissance par certaines religions répandues, du droit des petits groupes religieux à pratiquer leurs rituels et traditions en toute liberté, ont également contribué à discréditer les religions différentes ou opposées à la religion majoritaire ou à la « religion officielle » de l’État.

Bien que la plupart des Yézidis soient d’origine ethnique kurde et parlent la langue kurde (Kurmanji), ils sont religieusement très distincts de la population kurde sunnite majoritaire. En tant que minorités, certains Yézidis préfèrent être reconnus comme un groupe ethnique, distinctement séparé des Kurdes en raison de leurs différences culturelles et religieuses.[3]

Les souffrances des Yézidis dans la région se sont poursuivies, mais aux mains d’autres parties militaires, y compris les factions de l’opposition armée syrienne, liées à la coalition de l’opposition syrienne, où elles ont fait l’objet de nombreuses violations, pendant et après les opérations « Rameau d’olivier » de 2018 et le « Printemps de paix » turc en 2019, y compris la détention arbitraire de femmes yézidies à Afrin et leur appel à la « conversion à l’islam » par ces groupes militaires.[4]

Le  principal temple yézidi (temple Lalish)  est situé dans la région  de Sheikhan près de la ville de Mossoul, dans la province de Ninive en Irak, mais en réalité, les yézidis se sont répandus dans la plupart des villes du Kurdistan irakien et dans certaines parties de la Syrie, du Liban, de la Turquie et de l’Iran, et en grand nombre en Arménie et en Géorgie.

Les Yézidis d’Afrin sont soumis à des restrictions religieuses qui prennent des formes diverses. Il leur est interdit de célébrer leurs fêtes religieuses et de donner des cours de religion yézidie, en particulier dans les territoires occupés par la Turquie.

Dans son rapport de 2020 sur la Syrie, la Commission américaine sur la liberté religieuse a critiqué la persécution et la marginalisation des minorités religieuses et ethniques, en particulier des Kurdes, des Yézidis et des chrétiens déplacés dans les zones contrôlées par la Turquie telles qu’Afrin. Le rapport appelait à faire pression sur Ankara pour qu’elle fixe un calendrier pour son retrait de la Syrie, « car sa présence là-bas pourrait exacerber le nettoyage religieux et ethnique des Yézidis, des chrétiens et des Kurdes ».[5]

Méthodologie :

Ce rapport présente les actes de persécution qu’ont subi les adeptes de la religion yézidie tout au long de leur histoire. Les campagnes d’extermination contre la communauté yézidie ont toujours été précédées par une guerre psychologique où l’on s’attaquait à ses croyances, sa religion, ses coutumes et ses prières, tout en essayant de déformer la vérité de la religion et de ses rituels, et de créer un environnement hostile avant de commettre un véritable génocide.

En réponse, ce rapport examinera les origines de la religion yézidie, ses croyances, ses rituels et les symboles sur lesquels reposent ses fondements et examinera les violations que ce groupe a subies en Syrie en particulier, ainsi qu’un certain nombre de fatwas religieuses émises à l’égard de la religion yézidis notamment par des autorités religieuses islamiques.

Le rapport examinera également la présence yézidie dans la Syrie contemporaine et la manière dont les gouvernements syriens successifs ont traité cette minorité religieuse jusqu’à ce que les membres de cette  communauté religieuse  soient soumis  dans les zones contrôlées par des groupes armés soutenus par la Turquie dans la région d’Afrin et ses environs, ainsi que dans la région de Ras al-Ain / Serikaniye, après les deux monnaies militaires turques en Syrie en 2018 et 2019, connues sous le nom de   L’opération Rameau d’olivier et  l’opération Source de paix, respectivement, ont déplacé l’écrasante proportion de la population yézidie  dans la région de Ras al-Ain/Serikaniye, et la plupart de celles d’Afrin.

Ce rapport s’appuie principalement sur des témoignages en direct de victimes yézidies en Syrie et/ou de ceux qui ont émigré hors du pays, en total 32 personnes ont été interrogées, dont 14 femmes. Il était également basé sur des rapports et des études publiés par des organisations locales et internationales de défense des droits de l’homme. Il a également passé en revue les aspects juridiques de la constitution syrienne en ce qui concerne les libertés religieuses et la loi sur le statut personnel régissant les citoyens en Syrie. Dans son aspect historique, le rapport a passé en revue de nombreuses études et recherches qui traite des yézidis de la Syrie et de la région : leurs origines, les croyances de leur religion ainsi que les violations dont ils étaient victimes.

Le rapport est divisé en : (1)  une section traitant des violations liées au conflit  actuel en Syrie de 2011 à 2022, et de la situation des yézidis au sein de ce conflit, en particulier  dans les  zones contrôlées par l’armée turque à Afrin et Ras al-Ain / Serekaniye. Cette section englobe une présentation des témoignages des victimes sur des actes d’arrestation et d’appropriation des bien et même des meurtres qu’ils ont subis, ou leurs proches, parce qu’ils n’étaient pas de la même religion que celle des factions armées.

Dans la deuxième section : (2) le rapport traite des violations subies par les Yézidis sous le gouvernement syrien (en particulier avant 2011) notamment de leur privation de droits légaux et du déni de leur religion. Cette section examine le cadre juridique et constitutionnel du gouvernement syrien avec la loi sur le statut personnel et sa violation des droits de la religion yézidie. Dans la troisième section (3), le rapport traite de la religion yézidis au niveau de ses origines, croyances, rituels religieux ainsi que violations qui a menacé son existence à travers l’histoire. Dans la dernière section, le rapport passe en revue les lois et législations internationales qui protègent les droits des minorités religieuses conformément aux principes des droits universels de l’homme.

Pour lire le rapport complet en anglais et format PDF, veuillez cliquer ici.

 


[1] Il n’y a pas de consensus sur la façon d’écrire le nom des adeptes de la religion yézidie en arabe, l’orthogrphe « Yézidis » a été adopté en vertu de son adoption par la plus haute autorité religieuse en Lalish., et le nom s’écrit comme suit : (Yézidis ou Yazidis) L’origine du terme sera détaillée ultérieurement.

[2] « Ils sont venus pour détruire : les crimes de l’Etat islamique contre les Yézidis. » Commission d’enquête des Nations Unies sur la Syrie. 15 juin 2016. Numéro du document A/HRC/32/CRP.2

[3] Ely Sannes, The Status of the Yazidis: Eight Years after the ISIS Genocide, Washington Kurdish Institute, 27 mai 2022: Dernière visite le 14 juillet 2022: https://dckurd.org/2022/05/27/the-status-of-the-yazidis-eight-years/

[4] « Pas de mains propres » – Derrière les lignes de front et les gros titres, les civils continuent d’être soumis à d’horribles violations et de plus en plus ciblés par des acteurs armés. Commission d’enquête des Nations Unies sur la Syrie. 15 septembre 2020. La dernière visite sur le lien du communiqué de presse date du 9 juillet 2022. https://www.ohchr.org/ar/2020/09/un-commission-inquiry-syria-no-clean-hands-behind-frontlines-and-headlines-armed-actors?LangID=A&NewsID=26237

Communiqué de presse rédigé sur la base du rapport/document portant le symbole A/HRC/45/31

[5] Yazidis Afrin : Les violations religieuses et le harcèlement menacent leur existence. Ninar Khalifa. Mon journal de raisin. 31 juillet 2021. (Dernière visite : 19 juillet 2022) https://www.enabbaladi.net/archives/502338

Leave a Comment

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More